PARCOURS DE LECTURE SPIRITUELLE
LA DÉCISION DE CONVERSION
DOSSIERS
PRÉSENTATION DU DOSSIER TRAVERSER LA PEUR
Ces dernières décennies, deux événements ont eu une portée politique et spirituelle considérable. Après l’espérance ouverte par la chute du Mur, en novembre 1989, les conséquences du 11 septembre 2001 se sont fait sentir dans notre monde désemparé : absence d’avenir, crainte diffuse de l’autre, désenchantement présent, perception anxieuse du désordre du monde, parmi les nations comme dans les banlieues. Notre société développée et vieillissante se ferme sur elle-même et sur ses peurs ; inquiète, elle peine à donner la vie et à la partager. Jean-Marie Petitclerc nous invite, par son diagnostic spirituel, à ne pas prendre notre parti d’une société envahie, souvent insidieusement, par la peur, comme en témoignent les vulnérabilités adolescentes (Philippe Jeammet) ou l’insécurité vécue en entreprise (Agnès Guinamand). C’est peu à peu que nous apprenons à nommer et à distinguer peur, angoisse, crainte. Et sans doute, pour atteindre à notre vérité de créature, faut-il « sauver la peur », selon le beau mot de Marguerite Léna, consentir à « l’expérience de dénuement » inscrite en elle, pour nous en remettre à u...
LIRE ET MÉDITER
LE PASSE-MURAILLES
 L’auteur de cet opuscule est un professionnel des relations interculturelles et est membre de la fraternité séculière franciscaine. Il a senti une parenté entre ces deux univers et, sans aller jusqu’à affirmer qu’il existe une approche proprement franciscaine du dialogue interculturel, il veut montrer que des militants du dialogue peuvent se retrouver dans bien des traits du message de François. Il met donc en regard des six principes du dialogue interculturel un texte franciscain : par exemple, le baiser au lépreux comme attitude vécue du décentrement de soi. Nourri par l’expérience du dialogue et une bonne connaissance du Poverello, ce livre alerte et sans prétention aidera le lecteur à mieux connaître saint François et à mieux vivre la rencontre de l’autre dans un vrai dialogue. On pourrait reprocher à l’ouvrage un certain manque de rigueur dans l’usage des sources franciscaines (on ne peut pas mettre les Fioretti sur le même plan que la Légende des trois compagnons) mais l’essentiel n’est pas là. L’image que l’auteur donne de François sonne juste, jusque dans la simplicité allègre du style, et ce qu’il dit du dialogue fait preuve de beaucoup de bon sens.     Étienne Celier
Pratiques et récits
TOUTES LES Pratiques et récits
MARIE NOËL
François Marxer
VING ANS À CHRISTUS
Yves ROULLIÈRE