Quand le temps nous est donné...
UNE ÉCOLE DU CŒUR
DOSSIERS
QUAND NOUS VEILLONS
Afin d'assurer sa garde, le veilleur met ses sens en alerte car, contrairement à l'insomniaque qui ne peut dormir, le veilleur ne dort pas parce qu'il ne doit pas dormir. Honorer la veille comme vigilance active, c'est parler d'une espérance vivante et permettre à la communauté des croyants d'incarner cette promesse dès aujourd'hui. La veille est loin d'une attitude passive qui consisterait à espérer un monde meilleur sans contribuer à sa venue. « Veillez ! » La Bible et la tradition spirituelle font résonner cet appel. Veiller, c'est se tenir prêt à accueillir le Seigneur dans la confiance. C'est, dans un écart par rapport à son existence, adopter une attention profonde envers le monde et les autres, dans une pleine présence à soi. La vigilance qui incombe aux humains rejoint ainsi la veille que Dieu ne cesse d'assurer auprès de sa création. Car, si Dieu maintient et amplifie celle-ci, il délègue son geste créateur à l'homme. Porte-parole de Dieu, le prophète aussi se voit confier la tâche de veille en exerçant sa capacité à distinguer dans le monde la venue du Dieu libérateur et en osant sa parole pour annoncer ce Dieu. L'exemple de Jésus montre qu'être veilleur, c'est également être capable de saisir le juste moment pour annoncer ce qui est à venir. Dans l'attente de l'aube, tout croyant peut avoir à vivre le point crucial de l'existence où s'affrontent les forces de vie et celles de mort. De nombreux témoins attestent que ce qu'il a fallu pour vivre ces passages leur...
LIRE ET MÉDITER
VIE ET DESTIN DE JÉSUS DE NAZARETH
Seuil, 2019, 416 p., 23 €.Daniel Marguerat, bibliste renommé et spécialiste de l'approche narrative des récits bibliques, ne néglige pas pour autant la recherche historique car, pour son livre sur Jésus, il s'appuie sur les dernières avancées dans ce domaine. Pour lui, l'étude historique, antidote du fondamentalisme, impose le deuil d'un Jésus imaginaire et permet d'avancer vers « des réponses non envisagées ou non souhaitées » afin de nourrir notre foi.L'ouvrage est divisé en trois parties. La première s'occupe des sources, de la naissance de Jésus et de son lien avec Jean Baptiste. Sa description de Jésus « contrôlée par l'analyse des sources » ne s'appuie pas seulement sur les textes chrétiens car l'exégète utilise des sources extracanoniques, comme les évangiles apocryphes et les écrits des historiens juifs anciens. En outre, il reprend les études faites grâce aux nouvelles recherches en archéologie et aborde de nouvelles questions avec les travaux sur le judaïsme ancien. S'appuyant sur les travaux de Bruce Chilton qui reprend la tradition juive ancienne, il propose de voir en Jésus un mamzer (« bâtard »), un enfant sans père et donc illégitime au regard de la Torah. Pour Marguerat...