PARCOURS DE LECTURE SPIRITUELLE
LA VILLE, TERRE D'ÉLECTION
DOSSIERS
PRÉSENTATION DU DOSSIER HÉRITER ET TRANSMETTRE
Les problèmes d’héritage sont aussi vieux que le monde, et la Bible ne fait pas exception. C’est pourquoi, dans ce dossier, nous proposons en regard situations bibliques et situations contemporaines. L’héritage est en général constitué des biens de famille qui passent des parents aux enfants, et c’est autour des ces biens matériels que naissent bien des conflits (Franck Damour). Mais il existe dans la Bible une ligne de réflexion différente dont fait état, par exemple, la maxime tirée du livre de Qohélet : « La sagesse est bonne comme un héritage ; elle profite à ceux qui voient le soleil » (Jean-Louis Ska). Chez les personnes âgées, la question de l’héritage apparaît surtout au moment où elles entrent en maison de retraite, à la suite d’un problème de santé diminuant leur autonomie. Ce qu’elles disent alors est étonnant. Il faut qu’elles passent par une dépossession de soi, à commencer par une dépossession effective de ses biens – ce qui est très douloureux (Annick Soudant-Roquette). Plus radicalement, le monde naturel est perçu la plupart du temps comme le décor de nos drames humains, et rarement pour lui-même, c’est-à-dire en reconnaissant ce premier don de Dieu, en le recevant chaque jour...
LIRE ET MÉDITER
QUAND BOUDDHA RENCONTRE JESUS
  Traduit de l’anglais (États-Unis) et présenté par Jacques Scheuer. Lessius, « L’autre et les autres », 2015, 104 p., 13 €.   Loin de raconter l’histoire d’une « rencontre » entre le Bouddha et Jésus, ce livre nous plonge dans l’expérience intérieure de son auteure Carrin Dunne. Cette Étasunienne, attirée par la tradition chrétienne de sa naissance et par le bouddhisme, examine ces « deux attraits [pour] voir ce qu’ils signifient l’un pour l’autre ». Publiée pour la première fois aux États-Unis en 1978, la réflexion de l’auteure rejoint pourtant la préoccupation de nombre de nos contemporains baptisés qui s’intéressent, eux aussi, au bouddhisme. Dunne précise d’abord que le Gotama et le Jésus du livre sont « le Gotama en moi » et « le Jésus en moi ». Elle précise aussi qu’elle ne se préoccupe ni des anachronismes qu’implique « le fait de rapprocher deux personnages fort éloignés dans le temps et l’espace », ni du fait que son Gotama et son Jésus manifestent « une connaissance des réalités plus proches de notre époque que des leurs &r...