PARCOURS DE LECTURE SPIRITUELLE
VIVRE ET DIRE LA FOI AU FÉMININ
DOSSIERS
ETRE MÈRE
Qu’est-ce que la maternité révèle de notre relation à Dieu, aujourd’hui que les femmes savent d’ordinaire qu’elles auront peu d’enfants ? Pourtant, aujourd’hui comme hier, elles éprouvent avec leur enfant un choc que lui seul sait déclencher (Geneviève Jurgensen). L’attitude intérieure face à l’accouchement se fonde sur une ferme détermination à entrer dans ce qui est douloureux et à le conduire vers la vie. Et cela se rejoue à chaque enfant. Ainsi, la femme à terme entre en travail, mais aussi en foi, une foi non réflexive, chevillée au corps (Claire-Anne Baudin).Grâce à cette foi, on sait mieux identifier aujourd’hui le tissage de féminité qui concerne le visage même de Dieu. D’où la nécessité d’entendre les textes bibliques avec toute leur finesse, si l’on veut percevoir comment, lorsqu’ils sollicitent le registre de l’enfantement pour dire Dieu, ils donnent à méditer quelque chose de central dans l’économie du salut (Anne-Marie Pelletier). Ainsi, un enfant est donné à Abraham et Sara, à Zacharie et Élisabeth, au soir de la vie. En comblant un couple, Dieu fait naître un peuple, il fonde et renouvelle l’Alliance. Et à toute l’humanité, il...
LIRE ET MÉDITER
LA JOIE POUR L'ÉTERNITÉ
 « Mon pauvre, mon chéri, mon tout proche, mon homme épuisé ! Écris-moi tout de suite sans faute pour me dire comment tu te sens. » C’est avec ces mots qui semblent tirés du Cantique des cantiques que commence la première lettre de Valentina Lossev, emprisonnée dans un des camps du Goulag en Altaï, à son époux Alexeï, lui aussi dans un camp en Carélie. Au long de leurs deux années d’enfermement, ils se sont adressé des lettres de feu et de lumière, dialogue improbable de beauté entre deux époux qui semblent n’avoir jamais quitté le premier jour de leur amour. Ces lettres sont aussi celles de deux mystiques – deux théologiens au sens orthodoxe du terme – qui ne sont pas seulement époux, mais aussi moine et moniale car ils ont prononcé, en secret, leurs vœux monastiques en 1929, selon un projet d’union totale. Et enfin, ces lettres ont été écrites par deux grands esprits, Alexeï Lossev est mathématicien, écrivain mystique et un des plus grands philosophes russes du siècle, trop méconnu en France ; Valentina est mathématicienne et astrophysicienne. Leur correspondance reflète leur goût des êtres et des choses, leur quête de la vérité par les voies de la raison...